D’Ommage !

6 Déc

Jean d’Ormesson était une figure importante de la rentrée littéraire, une des voix les plus singulières de sa génération, et le jury du Prix Virilo se doit de lui rendre un dernier d’Ommage.

Depuis plusieurs années, nous guettions à chaque rentrée le titre le plus d’Ormessonnien pour attribuer le convoité accessit Jean d’Ormesson du titre le plus Jean d’Ormesson. Les élèves n’ont pas toujours été à la hauteur du maître ; le maître lui-même, d’ailleurs…

Visionnaire dès 2010, Jean d’Ormesson avait remporté le prototype pas encore tout à fait abouti : l’accessit du titre qui sera bientôt plus long que le texte en quatrième de couverture pour C’est une chose étrange à la fin que le monde.

Après un long travail du service R&D, c’est en 2013 que Jean d’Ormesson se voit remettre l’accessit Jean d’Ormesson du titre le plus Jean d’Ormesson pour Un jour, je m’en irai sans avoir tout dit. Nul n’est prophète en son pays.

2014 et 2015 : l’inspiration déserte la France. En 2016, enfin, à la stupeur du monde des lettres germano-pratin, l’accessit Jean d’Ormesson du titre le plus Jean d’Ormesson ne revient pas à Jean d’Ormesson, mais à Arthur Bernard pour Tout est à moi, dit la poussière.

Pour 2018, le jury à l’unanimité et à titre présthume attribue l’accessit Jean d’Ormesson du titre le plus Jean d’Ormesson à Jean d’Ormesson pour Et moi, je vis toujours. Nul n’est prophète en son pays.

Le célèbre écrivain à moustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :