Tag Archives: porno

Héloïse, Ouille !, de Jean Teulé

28 Oct
Poil en bataille

Poil en bataille

Lu par François HL et Bérénice

Une version porno mais en latin d’Héloïse et Abélard.

De merveilleuses illustrations pour accompagner le propos : une lecture pédagogique à la portée de toutes les bourses.

 

Afficher l'image d'origine

La pudeur nous oblige à ne pas faire figurer les illustrations centrales du nouveau roman de Jean Teulé.

Pour les précédents romans de Jean Teulé, c’est par ici et aussi par là.

Pornographia, de Jean-Baptiste Del Amo

24 Oct
Violence glabre

Chauve comme un oeuf

Editions Gallimard,

Lu par Alys

tom-selleck

Une seule moustache. Tous les gay-fans de Tom Selleck pleurent.

Ca commence par une errance. Une errance dans une ville tropicale, un peu hallucinée, à la manière de Rhum Express, de Hunter Thompson (le livre hein, pas le film). Ca commence plutôt bien donc, et puis, à la page 3, tout bascule. Le narrateur rencontre un jeune lutteur sur la plage, le paye, et nous gratifie d’une description de leurs ébats assez précise  et plutôt sale. En lecteur consciencieux, on patiente, on attend la suite des errances. Et malheureusement le roman se résume à un enchainement de scènes pornographiques gay, crues, voire très crues, à vous faire regretter la Princesse de Clèves. Ne nous trompons pas, nous aimons ça, le cul, mais lorsqu’il a un intérêt littéraire, ce qui n’est pas le cas ici. A livre nul, critique courte, car comme on le dit en Provence, « beau chemin n’est jamais long ».

product_9782070140626_195x320

Gonzo-aphia, en fait

Repas de morts, de Dimitri Bortnikov

19 Sep

Editions Allia

Lu par Lina

Ce livre ne vous laissera pas déjeuner en paix

Rasoir

35 pages sur les 188… Record battu ! Julien s’est arrêté à 5… mais je n’ai pas réussi à aller plus loin dans cette écriture drue, piquante et insaisissable comme une moustache russe…

De ce long monologue où l’on est très vite perdu dans le temps et dans l’espace, ne retenons que :
– Les premiers paragraphes trop virilo : « Je me masturbais quand mon père a appelé. J’avais la force de me lever pour baisser le son du porno. Il y avait même un chien joyeux comme un jeune ours et une femme qui avidement gobait son sperme »
– La quatrième de couv’ qui n’en dit pas trop sur le livre : « J’ai rien à faire là »
– Le prix relativement modique : 9€

Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus, tâchez de battre mon record !

________________________________________________________________

Lu par Julien

...-moi-le-noeud ?

Rasoir

Rendons grâce à Dimitri pour son invention: la phrase en quatre mots. Avec sa variante, en cinq.

Fier comme un ours, notre cosaque en use et en abuse.

Perso, j’ai tenu cinq pages, avant de passer cul sec à la quatrième de couv’.

—- Nasedrovié!

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :