Tag Archives: mercure de france

Toutes les îles et l’océan, de Jean-Pierre Orban

26 Sep

Lu par… Bérénice

Non lu mais critiqué par… Marjorie

A l’instar des écrivains les plus talentueux de la rentrée littéraire, j’ai choisi de prendre un ghost-writer. Une protestation face à la somme de travail et au pognon de dingue requis par l’entrepreneuriat bénévole qu’est mon statut de jurée au sein de ce prix littéraire. Le président du jury saura-t-il la prendre en compte ? Je l’espère. Oui aux jetons de présence sous forme de saucisson et de verres de gros rouge. Place à la critique.

enlisement

 

 

 

Adèle a un joli prénom et elle n’est pas très calée en méthode Ogino. Enceinte d’un homme qu’elle n’a connu que trois jours et encore moins de nuits (ce détail laissant entendre qu’il s’est envolé pour faire la révolution avant même de prendre le petit dej et de payer la note d’hôtel, ça aurait dû lui mettre la puce à l’oreille) elle part à sa recherche et, telle un vaillant saumon rose et frétillant, remonte à sa suite de toute sa candeur le fleuve Congo. Mais il faut se rendre à l’évidence, elle s’est un peu fait des plans et l’homme qu’elle poursuit avait d’autres projets,  comme mourir. S’extirpant à la force de son archet imaginaire – la belle est violoniste mais a laissé l’instrument à Paris, cela aurait-il changé l’histoire, elle se le demande, nous pas trop- de la langueur équatoriale (parce qu’on est pas contre un petit cliché au passage), elle retourne élever son fils Raphaël à Bruxelles. Rien de tel pour se remettre d’une peine de cœur que la pluie et l’odeur des frites au gras de bœuf. Le climat ne lui réussit pas mais son suicide, lui, finit par être couronné de succès. Ou pas, c’est pas clair. Pourquoi Raphaël se fait ensuite kidnapper par un faux taxi à Londres, quels liens tissent-ils dans ce squat où il est retenu en captivité, va-t-il remarcher (car son genoux n’est pas très en point), est-il visité par l’esprit de son père, on ne sait plus trop, le style est longuet, on se demande si on ne serait pas mieux sur Arte à regarder un reportage avec un véritable océan dedans.

Du fleuve Congo au syndrome de Stockholm, ces histoires se côtoient sans vraiment de liant, faisant de l’aphasie d’Adèle un roman bavard. On cherche encore quel océan borde Paris et sur quelle île de Bruxelles se trouve l’hôpital psy d’Adèle. D’où sort ce titre, sûrement une suggestion d’un éditeur qui n’aurait pas feuilleté le manuscrit, on y aurait plutôt vu du fleuve, limoneux et au débit poussif, et à l’embouchure pas très bien définie.

Adèle, si elle n’avait pas perdu sa bonne humeur (meur meur meurmeur)

Piste sonore conseillée

 

L’Oragé, de Douna Loup

28 Oct

Lu par Bérénice

Moustache absolue

Moustache ravie

Madagascar, île lointaine et immensité inconnue ; face à la récurrence qui semble se dessiner sous les jaquettes de la rentrée, les jurés ont un instant craint l’installation d’une résidence d’écrivains outre-mer, nouveau transsibérien à la mode 2015. Galant, Mercure nous a détrompé (cette blague est offerte par le portail wiki des maisons d’édition).

Douna Loup raconte quatre années, de 1920 à 1924, de la vie des lettres malgaches, incarnées par Rabearivelo, jeune poète qui a choisi le français, et Anja-Z (Esther), poétesse de dix ans son aînée farouchement attachée à sa langue maternelle. Récemment passée sous l’autorité de Galliéni (en 1895), Madagascar est francisée, passée au filtre de la colonisation et de son sentiment de supériorité, Madagascar est ravalée, utilisée, abêtie. Aux racines de l’indépendance, quatre ans seulement suffisent à l’émergence d’une littérature ancrée dans son île, indubitablement malgache quelle que soit la langue dans laquelle elle s’écrit. Après un bref prologue qui court de 1907 à 1927, Douna Loup s’attache alternativement à la parole des deux poètes. Roman d’initiation autant que cri de liberté, E et R, comme Loup les désigne, s’épaulent et s’empoignent dans Antananarivo. Pacte scellé lors de leur première rencontre, ils veillent l’un l’autre à leur esprit créatif et critique.

R grandit, s’affirme, façonne sa liberté. Ce qu’il en fera est laissé au lecteur, ce dernier saura juste qu’E est demeurée poétesse et que R l’est devenu. L’ensemble est entrecoupé d’extraits percutants de la presse coloniale de l’époque. Symptomatiques, ces courtes phrases soulignent avec habileté le propos sans sombrer dans une fréquence qui tiendrait du procédé ni tenir la main au lecteur.

Une femme comme repère
Fière moustache malgache

Fière moustache malgache

Esther est la figure centrale de ce roman presque poésie, femme libre et autogouvernée, seule figure de proue de sa propre cohérence. Dans l’Antananarivo des années 20, cette indépendance demande du courage. Amante du français Malvoiz, journaliste dont on ne sait trop qui il est, ni ce qu’il pense, ni ce qu’il cherche, et de quelques autres, elle refuse toute domination et aspire à être sans contrainte. Inconnue (du moins me semble-t-il) de nos parcours ombilico-métropolitains, sans doute car elle fait le double affront de ne ne publier qu’en langue hova et d’être une femme, elle donne, en français pour une fois, une leçon de langue.

On croise quelques figures périphériques de ce monde de création, entre littérature et politique, mais on ne s’éloigne jamais des deux protagonistes, réplique du tiraillement qui vit en R entre langue maternelle et français pollinisateur. Ce tumulte créatif, E, souveraine de sa langue, en profite, funambule assurée, pour tracer le chemin. R s’en nourrit, s’étoffe, en profite pour picorer au passage au jeu de la séduction, dont on doute qu’il l’intéresse vraiment, et recherche sa voix, celle qui inclut et surpasse les prétentions civilisatrices.
La parole en morceaux

 

Loup permet, par une langue très poétique, se nourrissant de vocabulaire malgache, un roman où la richesse des mots tient une place prépondérante, sans négliger de brosser, beautés évocatrices, les odeurs planant sur les les collines, la lourdeur des couchers de soleil un rien grandiloquents et de ses levers un peu poussifs et le fourmillement de la vie posée sur la poussière. Poreuses à la poésie, les phrases de Loup sont ciselées, suspendues, reprises. Le rythme est réinventé par les dialogues et les scènes où le corps s’émeut.
Le mélange élégant entre poésie, éclairage d’une période sur laquelle on s’est ensuite entendu pour jeter un voile pudique et personnages historiques toutefois méconnus est brillamment mené.

Une affection longue durée, d’Anne Bragance

13 Oct

Mercure de France

Lu par François H-L

Glabre longue durée

Avec ce roman, Anne Bragance nous propose de suivre durant quelques mois une famille qui vient juste d’exploser. Le père est parti (crise de la quarantaine, il s’est offert une deux-chevaux et s’est entiché d’une jeunesse), la mère s’enfonce dans la dépression, les enfants morflent : il y a la sœur aînée qui s’en fout un peu parce qu’elle préfère s’intéresser à son nombril et aux garçons qui aiment ce nombril, il y a la sœur cadette qui semble soudain « porter la croix du genre humain », il y a le petit frère qui ne comprend pas grand-chose mais qui intériorise tout parce que, vous comprenez, non seulement on est sensible à cet âge-là, mais en plus il est supérieurement intelligent.

Pour garder une famille unie, portez une moustache

Les chapitres adoptent alternativement le point de vue de chacun de ces cinq personnages (mais également de la voisine « au grand cœur », du médecin de famille et de la maîtresse).

Vous l’aurez compris le plus grand reproche qu’on peut faire à ce roman c’est son manque total d’originalité. En gros c’est comme une série américaine sans les rires en boîte, c’est cliché. A ce titre, le personnage de Sabine, la sœur cadette devenue « petite-maman-courage », chef de famille alors qu’elle est dans la fine fleur de l’adolescence, est insupportable de prévisibilité. On est agacé par sa maturité et son sens des responsabilités. En fait, on n’y croit pas une seconde.

Reste quelques beaux passages (hélas trop rares) sur l’usure des sentiments, sur la beauté de l’engagement, mais également sur la nécessité de lutter jour après jour pour le faire vivre (chapitres oniriques des délires de la mère par exemple).

Le titre ne présage rien de bon

L’écriture ne présente pas de qualités qui sauveraient l’ouvrage. Ca reste lisible, c’est propre, un peu gratuitement distancié par instants certes (chapitres du père principalement : quelle idée de passer de la narration interne à la narration externe ?!) mais ça n’accroche pas.

Aussitôt lu, aussitôt oublié.

%d blogueurs aiment cette page :