Tag Archives: Mai 1968

Revenants, de Patrice Lelorain

13 Sep

éditions de la Table Ronde

Lu par Paul

"Braiiiiiiin"

Glâbre

« Revenants est une fresque underground, un roman choral écrit au cordeau. » 
Les lieux communs égrenés en quatrième de couverture ne vous ont pas découragé de débourser vingt euros ? C’est bien dommage. 

"Une chair triste et sans conviction"... Normal

Car avec vos vingt euros, sachez que vous auriez pu vous rendre au bar PMU du coin et offrir quelques bières au poivrot qui est là, accoudé au zinc. Il vous aurait alors raconté quelques épisodes de sa vie, ses conquêtes, ses amis tombés dans la drogue, sa marâtre de mère. Pour le même prix, vous auriez eu droit aux mêmes histoires, aux mêmes considérations sur l’existence, mais avec des cacahuètes gratuites.

Revenants passe aussi, malheureusement, à côté de la catégorie « Trop Virilo », malgré plusieurs chapitres qui auraient pu s’intituler « A nous les petites Suédoises ». Sauf que la chair, à l’image du style du roman, y est triste et sans conviction.

Un petit coup de mou à vite oublier, en espérant que le prochain ouvrage de Patrice Lelorain soit un vrai coup de poing dans la gueule.

______________________________________________________

Lu par Lina

Duvet clair

%d blogueurs aiment cette page :