Tag Archives: Le Tripode

Le Sillon, de Valérie Manteau

3 Oct

Lu par… Anne

Si vous êtes déjà partis à Bodrum avec le Club Med

 

 

 

 

Si la Turquie vous passe là

 

 

 

Alors que les attentats viennent de frapper Charlie Hebdo (#marronnierlittéraire 2018), l’auteure-narratrice se demande pourquoi cet événement suscite l’émoi dans le monde entier et se lance sur les traces de Hrant Dink, journaliste d’origine arménienne assassiné en 2007 dans l’indifférence quasi-générale.

Je n’ai pas beaucoup aimé ce texte pour plusieurs raisons. D’abord [ !!! Spoiler alert !!! ] parce que je l’ai acheté sur la foi que le sillon en question était au pire mammaire, au mieux inter-fessier. Erreur. Il s’agit du nom du journal où travaillait Hrant Dink. [Fin du spoil] Ensuite parce que je confesse un manque de curiosité patent envers la Turquie contemporaine, ses méandres ethniques et politiques, sa modernité et ses passéismes. Que l’auteure me le pardonne, l’ennui que j’ai éprouvé à cette lecture n’est sans doute pas de son fait (bien qu’un livre plus palpitant aurait peut-être su me sortir de mon marasme intellectuel).

En contrepartie, je vais vous livrer ma recette des lasagnes aux légumes :
Pour 4 personnes, il faut : des pâtes à lasagne, des légumes (éviter les légumes comme les patates, le riz, le ketchup ou les pâtes), de la béchamel, du fromage râpé.
Faîtes cuire les légumes de préférence à la poêle, pour que leur eau s’évapore.
Préparez la béchamel. Je la fais avec des laits végétaux type lait d’avoine parce que ça donne un petit goût sympa. Faites fondre du beurre, en quantité « gros comme ça ». Ajoutez de la farine pour faire un roux (mais ça ne sentira pas). Ajoutez votre liquide (lait ou lait végétal, je n’oblige personne). Fouettez si des grumeaux se forment.
Lorsque les légumes sont cuits et la béchamel aussi, disposez une couche de pâtes à lasagne au fond d’un plat à gratin préalablement beurré. Ajoutez une couche de légumes puis une couche de béchamel et enfin une couche de pâte. Répétez l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients et terminez par une épaisse couche de fromage râpé. Enfournez pendant 40 minutes environ.
Parfois je fais réaliser ces lasagnes par un ami, c’est encore meilleur. La recette est alors sensiblement la même, à cela prêt qu’il vous faudra introduire un ami dès la toute première étape de la préparation.
Bon appétit et peut-être bonne lecture.

Vous pouvez aussi faire faire vos lasagnes de légumes par un cheval

Anguille sous roche, d’Ali Zamir

30 Oct

Lu par… Paul

critique4

Première pousse prometteuse

.

Anguille sous roche est un très beau livre. Cela ne fait aucun doute. On se laisse vite emporter par cette marée montante que ne vient ralentir aucune ponctuation. Pour une fois les promesses de la 4e de couv’, qui crient au génie dans un unisson presque suspect, semblent tenues.

Et pourtant. Et pourtant, le juré du Prix Virilo ne peut s’empêcher de troubler cette belle unanimité en crachant d’un même mouvement et dans la soupe, et dans sa moustache..

Car face à un tel objet littéraire, situé à mi-distance entre le poème et le roman, on a l’impression que le monde de la critique a eu tôt fait de désarmer, victime d’un syndrome bien connu qui porte le nom de « Syndrome du restaurant japonais étoilé au Michelin ».

Quiconque, lors d’un voyage en Asie, a déjà croisé un restaurant mal éclairé dans un fond de gare routière sait ce dont il est question. On a parfois le sentiment que les auteurs du Guide rouge, lassés de frapper leurs compatriotes d’indignité nationale au moindre ramasse-miettes qui couine un peu en roulant sur la nappe, redécouvrent en Asie que la bonne cuisine peut aussi se passer du moindre décorum. Que certains gérants de bouis-bouis (dans lesquels, au passage, ils ne mettraient jamais les pieds si ceux-ci se trouvaient à Clermont-Ferrand) ont autant de génie qu’un Alain Passard. Bref il semblerait que leur impartialité de critiques soit mise à mal par un cocktail de décalage horaire, de choc culturel et d’une bonne dose de double standard.

.

12narrowalleys

« Franchement j’hésite entre une et deux étoiles« , songeait le critique du  Michelin

.

Ici, on ne peut que se demander si le monde de la critique littéraire n’est pas à son tour pris en flagrant délit de double standard. La gouaille à la Mabanckou est bien là, les protagonistes se prénomment « Anguille », « Crotale », « Connaît-tout », on ne fait que tenter de s’accrocher à une longue phrase de 300 pages, sans point… Bref la critique est désorientée mais crie au « miracle » car au final, dans cet environnement mouvant, elle conserve au moins un point de repère : l’auteur s’acquitte avec talent du cahier des charges qui a depuis longtemps été établi pour lui. Il écrit exactement comme on s’attend, à Paris, à ce qu’un écrivain francophone africain écrive.

Que l’auteur soit talentueux est incontestable, mais clamer que son premier roman est « un miracle littéraire », c’est quand même pousser mémé dans les orties (ce qui est triste car « un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle »).

Espérons donc que son talent permettra à Ali Zamir de vite dépasser les catégories dans lesquelles on voudrait l’assigner. 

.

obama

Exemple de personnalité d’origine africaine n’ayant pas fait ce que Saint-Germain des Prés attendait qu’elle fasse

.

 

%d blogueurs aiment cette page :