Tag Archives: finaliste

FINALISTES 2012

23 Oct

Ça y est ! Les autres jurys se sont mis au diapason, ils ont tous donné leur petite liste (notamment le Renaudot, hilarant comme d’habitude, avec trois livres que nous avions noté comme bien bien nuls)… Bref, ça sent la fin de la rentrée !

Dévorant des bouquins jusqu’à la dernière minute, le jury s’est retrouvé lundi 22 octobre pour passer aux choses sérieuses. Ce fut long, parce qu’il y avait une raclette et manger une raclette avec une moustache tombante, c’est long.

FINALISTES PRIX VIRILO 2012 : 

– Tous les diamants du ciel, de Claro (Actes Sud)

– Sermon sur la chute de Rome, de Jérôme Ferrari (Actes Sud)

– Le Maréchal absolu, de Pierre Jourde (Gallimard)

– Fukushima, récit d’un désastre, de Michaël Ferrier (Gallimard)

– Le Bonheur conjugal, de Tahar Ben Jelloun (Gallimard)

– L’Auteur et moi, d’Eric Chevillard (Editions de minuit)

– Les Sauvages, de Sabri Louatah (Flammarion)

Trois constats s’imposent. Le premier, Gallimard a vraiment posé un gros chèque cette année. Deux, c’est une bonne année. Trois, Il y a sept finalistes, comme les sept nains. Si Sermon sur la chute… est évidemment prof, grincheux devrait être Claro… On vous laisse décider de simplet.

FINALISTES TROP VIRILO 2012 : 

– La Jouissance, de Florian Zeller (Gallimard)  Le sous-titre, Un roman européen, est déjà assez « ballsy », assez présomptueux… De plus, l’auteur n’arrête pas de faire son malin alors qu’il se plante magistralement. Il mérite.

Une vieille histoire, de Jonathan Littell, (Fata Morgana) car c’est un bon livre bien barré, qui sent littéralement l’aigre vestiaire d’après-match (surtout au moment du jeu de la biscotte)

Chaos Brûlant, de Stéphane Zagdanski, (Seuil) parce qu’on s’est dit « qui va oser choisir un sujet aussi bassement actu et racoleur ? » , et Zagdanski aura beau se cacher derrière des prétentions d’écrivain, c’est lui qui a osé. Bravo !

– L’Atelier de la chair, d’Emmanuelle Pol, (Finitude) parce que le propos du livre consiste globalement à préférer les vieux qui font l’amour à la hussarde, sans fioriture ni préliminaire.

Oh…, de Philippe Djian, (Gallimard) cette année, nous notions une tendance lourde d’inceste, de viol, et plus original, de « Oh là là j’aime mon violeur« . Nous avons choisi le moins mauvais d’entre eux.

– Mufle, d’Eric Neuhoff, (Albin Michel) parce que la femme adultère n’a pas la même odeur… Et pour toutes les nombreuses perles qui parsèment ce livre hilarant à son insu.

A bientôt pour la remise…

Liste des finalistes !

28 Oct

... et elle sera bien fournie le 07 novembre

Moustache de fête ! Enfin ! Après plus de trois heures d’ingestion de terrine et de pâté de tête, le jury a lampé sa bière -riant fort, grandes claques dans le dos, pisse sur les femmes infidèles- puis a rendu sa liste de finalistes, pour les prix Virilo et Trop Virilo.

Comme nous achetons tous nos livres, certaines maisons d’éditions peuvent déjà s’enorgueillir de dix ventes de plus. Evidemment, cela ne couvre que partiellement les « enveloppes RP » qu’elles nous ont envoyés. Nous présentons d’ailleurs nos excuses auprès du Castor Astral, son panier garni a été apprécié mais il est certains livres que l’on ne peut pas dignement inscrire en finale. Et pour l’année prochaine, sachez que nous préférons l’argent à la tapenade.

A part ça, des listes de co-lecture se forment histoire de ne pas acheter en huit exemplaires le livre de VGE : il n’est pas facile à refourguer à Noël, celui-là.

FINALISTES   PRIX   VIRILO  2011 :

Rappel : Le Prix Virilo récompense le meilleur roman francophone de l’année 2011. Outre sa bonne tenue stylistique, le roman devra conquérir le jury et lui faire, page après page, dresser les poils de moustache d’un plaisir littéraire incommensurable.

– Ce que j’appelle oubli, de Laurent Mauvignier (Éditions de Minuit)

– Dino Egger, d’Éric Chevillard (Éditions de Minuit)

– Du domaine des murmures, de Carole Martinez (Gallimard)

– L’art français de la guerre, d’Alexis Jenni (Gallimard)

Le Turquetto, de Metin Arditi (Actes Sud)

– Limonov, d’Emmanuel Carrère (P.O.L.)

– Nestor rend les armes, de Clara Dupond-Monod (Éditions Sabine-Wespieser)

– Pièce rapportée, d’Hélène Lenoir (Éditions de Minuit)

– Tous les trois, de Gaël Brunet (Éditions du Rouergue)

– Un certain mois d’avril à Adana, de Daniel Arsand (Flammarion)

_________________________________________________

FINALISTES PRIX TROP VIRILO 2011 : 

Rappel : le Prix Trop Virilo récompense la plus belle poussée de testostérone de la rentrée littéraire. C’est un ouvrage qui doit sentir l’homme, l’aigre vestiaire de fin de match.

La balance des blancs, de Jacques Henric (Seuil)

Ces Messieurs-dames de la famille, de J-P. Coffe (Plon)

Le système Victoria, d’Eric Reinhardt (Seuil)

Les découvertes, d’Éric Laurrent (Éditions de Minuit)

Mimi, de Sébastien Marnier (Fayard)

Mathilda, de Valéry Giscard d’Estaing (Xo)

L’homme qui frappait les femmes, d’Aymeric Patricot (Léo Scheer)

La Balance des blancs reçoit le label "Michel Blanc à moustache"

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :