Le Grand Nord Ouest, de Anne-Marie Garat

23 Oct

Lu par… Alys

Longueur de type pipeline

 

 

 

 

Le jour de son anniversaire, on retrouve le père de Jessie mort noyé sur une plage de Santa Monica. Fillette et héritière d’un père producteur de ciné richissime, elle se retrouve embarquée par sa mère dans une fuite jusqu’au grand Nord Ouest de l’Alaska. En chemin, elles rencontrent – suite à quelques péripéties – une vieille indienne mal lunée, mais un peu magique et squattent sa cabane en attendant le retour de son jules, parti chasser quelques mois.

Jessie, devenue adulte, raconte cette fuite, puis l’exfiltration par le FBI, à un dénommé Bud dont on découvre peu à peu le lien avec l’héroïne.

Je vous l’accorde, l’histoire fait envie. Des grands espaces américains, de l’aventure, des Indiens, des flingues. D’ailleurs, on lui prête tout de suite une ascendance glorieuse type Jack London ou Mark Twain. En fait, le style de l’auteur, à base de phrases à rallonge et d’énumérations sans fin, plombent l’histoire et rendent le récit super chiant. Du coup, il a fini par nous tomber des mains.

La noblesse impressionnante des grands territoires du Nord-Ouest

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :