Carnets de la mer d’Okhostsk, de Nadine Ribault

22 Sep

Lu par… Bérénice

Résidence ratée

 

 

 

Nadine Ribault est partie (en résidence ? J’ai oublié) sur le côte nord de l’île d’Hokkaidô, au bord de la mer d’Okhostsk et du lac Saroma. Elle va y passer plusieurs mois (semaines ? Cela m’a paru des années donc mois est probablement la bonne unité de temps).

Ni tout à fait un roman et ni tout à fait un essai, ces carnets ne sont ni tout à fait un succès.

A part parler des fascinantes poteries Jômon, ce qu’elle fait, croyez-moi, ce qu’elle fait en épuisant le sujet, il ne reste pas grand chose à dire de l’hiver sur le bord de cette mer. Voyez plutôt :

« Le lendemain, le ciel était immense et le paysage couvert de neige flamboyait sous le soleil » WOW

« Le lendemain (…) aucune glace en vue sur la mer. » OH NO

« On voyait rarement, là-bas, sur la mer d’Othotsk, de nuages. » GRIS C’EST GRIS

« Ce jour-là, le thermomètre était remonté. » YOUPI

Retrouvez bientôt sur change.org ma pétition : « Pour renommer le dernier Ribault en Bulletin météo de la mer snob du nord du Japon« .

Les nuages bas et le brouillard sont difficiles à distinguer des températures du sol, qui pourraient donc être inexactes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :