Dans l’épaisseur de la chair, de Jean-Marie Blas de Roblès

18 Oct
Lu par…Gaël

4 moustaches très humides

 

 

Un homme, dont le blaze est Roblès, part pêcher avec le bateau de son père, de très bon matin la veille de noël. A la suite d’une fausse manœuvre, il tombe à l’eau. Menacé d’une mort lente par hypothermie, il revoit défiler, non pas sa vie, mais celle de son père, Manuel. Étrange mélange de kinétoscope et de divan.
Il y a beaucoup de choses sur la pêche en Méditerranée, la vie et les sentiments très intelligemment narrés d’un pied noir espagnol en Algérie, un tableau de la guerre à laquelle ce père a participé comme médecin qui assume que la guerre, c’est juste affreux et pas du tout romantique (le travers inverse étant malheureusement d’autant plus fréquent que les vraies guerres s’éloignent de notre connaissance directe). Une réflexion très intelligente sur ce qu’a été l’Algérie française, volée à un peuple et aimée par deux. Un beau tableau de ce que peut être une figure écrasante de père qui a été mêlé de près à l’Histoire, et qui jusque dans ses défauts recouvre la vie de son fils d’une ombre inatteignable.
C’est très bien, en résumé. D’autant mieux qu’écrit sans ironie ni pseudo détachement, avec une admiration sincère tenue sur 384 pages, ce qui est un exercice rare et difficile.
Un livre à emporter en bateau, donc.

Belle tenue pour guerre moche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :