Pourquoi je n’ai pas lu Vernon Subutex

27 Sep
Lu par…Gaël

En dépit des digressions

Une fresque en plusieurs volumes, qui dépeint Paris à travers ses réprouvés et les conjonctions imprévisibles des destins. Un homme qui sombre lentement dans l’abîme, le vagabondage, et finalement connaît le salut. Un portrait tout à la fois de héros, d’une société, et d’une ville dont les sombres recoins disent la vérité du temps. Un magot mystérieux. Une œuvre de la maturité, qui apporte à son auteur(e) la reconnaissance de la postérité et la sécurité matérielle pour le restant de ses jours.

 

 Vous l’avez deviné : cet été, j’ai lu Les Misérables. J’ai ainsi tranché le dilemme du critique-escroc : pour être légitime dans ce monde sans pitié, faut-il avoir lu les classiques, ou les nouveautés ?

Le critique à l’heure de rendre son papier, devant les rayons vides de sa bibliothèque

 

Je n’en connaissais jusqu’alors que l’adaptation télévisée sans doute la plus brève, à défaut d’être la plus réussie : Les Miséroïdes. Franchement, Hugo, c’est mieux.

Une Réponse to “Pourquoi je n’ai pas lu Vernon Subutex”

  1. Natacha Devie 29 septembre 2017 à 20 h 25 min #

    Rien n’est perdu! Vernon Subutex deviendra un classique et vous aurez tout le temps de le lire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :